2022 : une année trop raide pour les fabricants de shafts ?

Alors qu’une nouvelle saison commence pour les fabricants de clubs, nous constatons un développement inespéré du golf, auprès du grand public américain, qui s’est traduit, de 2020 à 2021, par un boom supérieur à celui généré par l’ascension de Tiger Woods dans les années 1990. Il n’est comparable, en finalité, qu’avec la levée de l’Arnie’s Army dans les années 60.

Car, en plus de nous avoir légué une situation sanitaire dégradée, une pénurie “au long cours” de matières premières, et une crise internationale du shipping, le COVID 19 aura relancé la pratique des sports de plein air et donc du golf.

C’est dans ces conditions extraordinaires que les nouvelles collections arrivent et il reste difficile de bien appréhender les retards de livraisons dont les golfeurs seront inévitablement victimes suite à leurs derniers achats.

Mais à force de plaindre les fabricants de clubs pour tout cet argent qu’ils verront filer entre leurs doigts suite aux annulations de commandes auxquelles ils n’échapperont pas, nous en finissons par oublier que ces derniers ne sont pas les vrais géants du marché et que leur rôle se limite le plus souvent à un travail acharné de leur bureau d’étude suivi d’un simple assemblage des composants.

Ce qui n’est pas le cas des fabricants de shafts ou de grips. Eux sont percutés de plein fouet par ces dysfonctionnements et toute leur bonne volonté ne suffit pas à remettre les pendules à l’heure. Au cours de l’année 2019, le délai moyen de livraison d’une série était de 8,3 jours aux USA. Ce même délai est passé à 53,2 jours en 2021 et devrait encore augmenter dans les semaines à venir.

Pourquoi un tel allongement des attentes ? Tout simplement parce que quand TRUE TEMPER, NIPPON SHAFT ou FUJIKURA éternuent, ce sont tous les fabricants qui s’enrhument. Car si PING ou CALLAWAY ne fabriquent des têtes de clubs que pour eux-mêmes, les fabricants de shafts fabriquent des manches pour tout le monde. Nous parvenons alors à des quantités à produire qui sont tout simplement phénoménales et qui se heurtent réellement à la pénurie mondiale d’acier, notamment.

Les fabricants de clubs ne peuvent rien y faire et la patience devient leur seul refuge. Ils aimeraient dégager leur responsabilité et pointer du doigt le fabricant qui les retarde mais ce serait reconnaître qu’ils ne maîtrisent pas la totalité de la production de leurs clubs et que leur travail se porte davantage sur l’ajustement des divers composants du club qu’autre chose.

Nous savions déjà que le shaft, d’un point de vue dynamique, était le moteur du club. Ce que nous ne savions pas c’est qu’il en est également le moteur d’un point de vue commercial.

Dans cette optique, il ne serait pas étonnant de voir apparaître demain des magasins aux couleurs des fabricants de shafts dans lesquels on vous proposerait de tester les têtes de clubs des grandes marques (PING, CALLAWAY, TITLEIST, etc.) plutôt que l’inverse, qui est le modèle actuel.

Dorénavant, si l’on vous demande quelle est la partie essentielle d’un club de golf, vous connaîtrez la réponse.

Et l’avenir vous donnera raison.

FdeC.

L’Arnie’s Army est le nom attribué aux fans d’Arnold Palmer, qui fut l’un des golfeurs les plus charismatiques de l’histoire du jeu.

Publicité