L’avenir en “Holo”.

Publicité

Il y a deux ans, à peine, débarquaient sur le marché français les premiers clubs Hollow Body (littéralement “corps fantôme”) que les golfeurs toisaient alors avec méfiance et scepticisme. En deux saisons, cependant, ces fers – qui ne sont que la réplique technologique des bois creux qui ont sonné le glas du persimmon voici trente ans – ont pris le pas sur tout autre type de fabrication et s’imposent comme le virage majeur de la décennie en matière de fers, reléguant les Cavity-Back à des rôles subalternes, voire illégitimes.

Il faut dire qu’ils ont de sérieux arguments ces “Holo”… Une esthétique élégante, même dans leurs leurs modèles les plus pédagogiques (SGI), et des carrosseries de lames dans des secteurs de jeu où ce qui se trouve sous le capot fonctionne à coups de grands renforts d’assistance à la conduite (GI).

Côté puissance, ce sont de nouvelles normes qui voient le jour. Avec eux le smash factor des fers moyens s’envole et on ne s’évanouit plus quand un fer 7 dépasse les 1.42 sous l’oeil impitoyable du radar. Car l’une des grandes différences entre le holo-body et le cavity-back est là. Dans la présence de masse à l’arrière du sweet-spot, même – et surtout – si cette dernière se trouve séparée de celui-ci par un coussin vide. Le résultat qui en découle est une hauteur de balle supplémentaire qui fait la part belle à la distance que parcourra la balle.

Quant à la tolérance, nous frisons l’absolu. Car de la masse, il y en a partout à l’arrière du club! Pour faire simple, si la masse se distribue comme l’onde d’un sonar, le holo couvre 180° là où le cavity-back n’en couvre que 45 de part et d’autre de la zone explorée, c’est à dire à la pointe et au talon du club.  

Ceci sans parler de l’inclusion aisée d’inserts performants du fait même du type de construction, ni du travail acoustique rendu possible par le volume généré et qui reste un facteur toujours valorisant aux yeux du joueur.

En fin de compte, vous l’aurez compris, le hollow-body est un type d’architecture de club qui séduira le joueur à faible vitesse par la hauteur de balle qu’il procure tout en flattant le gros frappeur par une tolérance qui lui permettra de donner tout son jus.

Alors, vous le voyez comment l’avenir ? Plutôt en Cavity-back ou en Hollow-body ?

De mon côté, je le vois en “Holo” … ou pas du tout !


FdeC.




Les clubs dont il est question dans cet article sont appelés Hollow body par les anglo saxons. Dans le langage courant, ce nom est le plus souvent transformé en Hollo ou Holo. Ces trois appellations sont admises.

 

 

Edito du 05/09/2020 

Publicité