Koepka – DeChambeau: la genèse d’une raclée.

Bon, 4 et 3, lorsqu’on joue un format en 12 trous, c’est tout simplement ce qu’on appelle une claque, une leçon, une punition…, bref, une raclée. 

Ce fut pourtant le résultat du match qui opposa les deux meilleurs ennemis du Tour, Brooks Koepka et Bryson DeChambeau, dans un mano à mano très médiatisé, le 26 Novembre dernier. Cette partie, qui devait clore un conflit d’égo entre les deux joueurs qui ont passé une année à s’envoyer des mots doux via les médias américains, fut commentée par Phil Mickelson lui-même, et se déroula dans le cadre du Wynn Golf Club à Las Vegas, Nevada, parcours péri-urbain de très bon niveau.

Bien sûr, si l’on se contente d’une lecture du LeaderBoard, l’histoire s’arrête là. Mais si on recoupe d’autres informations issues du Tour, les choses apparaissent sous un autre angle, beaucoup plus riche d’enseignements.

Une fois n’est pas coutume, honneur au perdant, celui que les joueurs surnomment BDC ou Mad Scientist : Bryson DeChambeau.

Alors qu’on le pensait au top pour réaliser son match contre l’impressionnant Brooks Koepka, BDC a avoué, il y a quelques jours, avoir hésité à mettre un terme à sa carrière avant l’été de cette année. Trop d’efforts et de travail acharné pour des résultats trop irréguliers ainsi que trop de critiques et de polémiques autour de sa vision du jeu de golf… Seul Tiger Woods, en confiant personnellement à DeChambeau qu’il rentrerait dans l’Histoire pour être le premier joueur à performer à la fois sur le Tour et sur le contest du Long Drive, a su lui redonner la motivation nécessaire pour continuer. 

De son côté, Brooks Koepka ne partage pas les mêmes soucis. Sa dernière interview à un journaliste de Golf Digest, le 04 décembre dernier, laisse clairement entendre qu’il se sent victime d’un malentendu. Car ses quatre victoires en Majeur ont été obtenues en 2018 et 2019 et que, depuis, la question la plus récurrente concernant ce champion est de savoir s’il saura atteindre de nouveau de tels pics de performance dans les années à venir. Or Koepka affirme – ce qui effraye l’ensemble des joueurs du PGA Tour – que s’il n’avait été victime de blessures à répétition depuis sa dernière victoire Majeure, le monde du golf comprendrait qu’il ne s’agissait pas de pics mais de son niveau de jeu moyen, et que ce dernier a fortement progressé depuis !

Autant dire que si Brooks ne se trompe pas, cela signifie qu’il a déjà un joueur dans son collimateur: Jon Rahm, l’actuel numéro 1 mondial.

Mais alors qu’était véritablement ce match qu’on nous a vendu comme la revanche du duel Caïn / Abel ? N’était-il qu’un leurre concédé au nom du PIMP ? Car qui aurait pris au sérieux un affrontement entre un joueur aux portes du renoncement et un autre paré pour tous les exploits ? Pas les 633 000 spectateurs américains qui ont suivi l’épreuve, c’est certain (1 250 000 pour The Match  Mickelson-DeChambeau et leurs deux amateurs qui eut lieu en Juillet).

The Match est maintenant derrière nous, fort heureusement.

Brooks Koepka a repris le chemin de l’entraînement et il peaufine son attitude mentale pour tenter de nous offrir une saison 2022 époustouflante. Bryson DeChambeau, quant à lui, a eu une révélation technique lors d’une séance de practice, il y a peu, et vient de trouver une nouvelle voie à explorer, ce dont il se régale.

Dit autrement, la vie du Tour continue. 

Comme on l’aime. 

Car il faut bien l’avouer, nous avons tous un petit bout de Gossip caché au fond de nous, non ? 

FdeC.

Publicité