La marche de Tiger (Holly) Woods.

Ça y est, on a sorti le Tigre de sa cage et on l’a montré au public via une vidéo de quelques secondes. Cela s’est passé cette semaine, dimanche dernier précisément, au Medalist Golf Club, près de la maison de Floride du Sud du champion. 

On y voit Woods, en tee-shirt et bermuda, qui réalise un coup d’entraînement avec un club ouvert (un fer 8, à première vue) qui doit représenter, à elle seule, l’image la plus visionnée en boucle de la planète golf ! Notez que dans le cadre de la scène que la star nous dévoile, nous apercevons des divots et un radar-doppler qui laissent penser que la vidéo soumise au public est extraite d’une séance de travail plus soutenue.  

Inutile de dire que si les golfeurs en parlent tant c’est parce qu’ils rêvent unanimement d’un retour vainqueur du meilleur joueur de tous les temps. La symbolique en ferait un héros hors-normes, indestructible, sur lequel ni le sort ni le temps n’auraient d’emprise. Un personnage Hollywoodien, en quelque sorte …

Du côté des pros, caddies, coaches, techniciens, journalistes et autres professionnels du golf, l’attention portée à cette séquence est tout aussi grande bien sûr. Cette fois, il est question de scruter et de deviner les faiblesses du swing issues des séquelles de son accident de la route du début d’année. Afin de prédire l’avenir et de pouvoir enfin affirmer que le Tigre n’est plus … 

A ceux-là, je me dois d’annoncer qu’il est inutile de gaspiller leur salive ni leur temps car ce que nous montre Woods dans cette vidéo est tout simplement parfait ! A la limite du possible, même. Au point qu’on pourrait être en droit de se demander si le champion n’aurait pas profité de traitements expérimentaux “gagnants” ou si le corps médical américain n’aurait pas fait preuve d’un pessimisme volontairement exagéré lors des heures qui ont suivi son stupide accident de la route.

Bien que protégée par un gainage orthopédique (bas de contention), la jambe droite de Woods – qui était au centre de toutes les inquiétudes – se révèle aussi résistante que jamais, même dans les phases critiques comme le croisement, en haut du backswing, de la ligne des épaules et de celle des hanches. Elle fait mieux que résister et accumule même toute l’énergie emmagasinée sans trembler une seconde. Les appuis sont tellement justes que la star se permet; comme à son habitude, d’adoucir son angle d’attaque par un redressement global du club et du corps, lors de la traversée et vers le finish, ce qui sollicite terriblement le bas du corps et notamment la jambe droite.

Aucun doute n’est permis : Tiger est déjà au top !

Reste que lorsqu’on lui demande s’il va reprendre le Tour, Woods ne répond toujours pas. Il réserve ses premiers mots publics sur le sujet pour le Hero World Challenge, qui bénéficie à sa fondation, et qui débutera, aux Bahamas, le 2 Décembre prochain. Pourquoi cette attente ? Car dans la bouche du joueur, l’idée qui revient le plus est celle de “marcher”. Marcher pour tenir la longueur. Marcher pour augmenter l’endurance puisque la résistance est déjà acquise. Car la notion d’endurance est au moins aussi importante que celle de l’explosivité et de la puissance. Car c’est elle qui conditionne également la résistance mentale du joueur, sa capacité à réagir, à rebondir au cours d’une partie, d’un tournoi ou d’une saison.

Marcher car les philosophes de l’antiquité disaient que la pensée devient plus aiguë lorsqu’elle gère un corps en déséquilibre permanent.

Puis penser pour savoir, dès lors qu’il peut maintenant le faire, si il a vraiment envie de la faire ?

Ce sera à lui de le décider. 

Il s’agit de son come-back, après tout…

FdeC.

Publicité