Ryder Cup 2021 : 99 jours sous haute tension.

La Ryder Cup aura bien lieu cette année. Après le millésime 2018, nous assisterons au grand match Europe – USA de la session 2020, disputé, dans les faits, en 2021… 

Inutile de développer: vous en connaissez la cause. 

L’épreuve se déroulera du 24 au 26 Septembre aux Etats-Unis, à Haven, dans le Wisconsin, sur le parcours de Whistling Straits. Le dernier vainqueur de l’épreuve – c’est-à-dire de celui de 2018 – n’était autre que l’équipe Europe. Vous vous en souvenez forcément, puisque cette victoire a été arrachée en France, au Golf National de Guyancourt (17 et demi contre 10 et demi), au grand dam d’une équipe américaine dépitée.

Dans 99 jours, exactement, la 43ème édition de cette épreuve si chargée en émotions va avoir lieu et nous observons déjà des tensions dans le clan américain dont le capitaine, Steve Stricker, est confronté – bien tôt dans le calendrier – à des situations cornéliennes.

Son vice-capitaine ne jouera pas. Inutile de dire que Tiger Woods ne prendra pas la revanche, cette année, d’une performance plus que médiocre en France en 2018. Le Tigre se déplace actuellement en béquilles…

Phil Mickelson – qui n’était absolument pas prévu au programme du haut de sa 52ème place avant l’ USPGA – fait désormais partie des “invitables”, avec une 16ème place au classement mondial, et risque bien de faire l’objet d’une Wild Card du fait de son expérience dans ce type d’épreuve.

Dans le lot des joueurs sélectionnés d’office, du fait de leur position au classement, nous retrouvons Patrick Reed (7ème) et Jordan Spieth (12ème) qui, c’est bien connu, s’entendent à peu près aussi bien que l’eau et le feu.

Enfin – et il s’agit du problème majeur de Stricker – la querelle qui oppose Bruce Koepka et Bryson deChambeau prend chaque jour un peu plus de place dans le panorama golfique mondial et devient totalement incontrôlable tant les deux joueurs se méprisent, voire se détestent.

Plus dur encore, les mauvaises langues prétendent que cette dispute entre les deux champions (qui sont tous deux classés dans les dix premières places du World Ranking) ne serait pas prête de perdre en intensité tant elle s’inscrit dans la logique du PIP instauré par la PGA Américaine pour contrer les agressions permanentes de la Golf Première League que les Saoudiens  tentent d’imposer à tout prix.

Au bout du compte, l’Europe ne peut pas se réjouir de voir les tensions augmenter de la sorte concernant une épreuve qui se déroulera, quoi qu’il advienne, sur le sol américain.

Mais soyons honnêtes: elle ne peut pas s’en plaindre non-plus…

Vivement septembre!

FdeC.

 

 

 le PIP ou Players Impact Program est un bonus attribué aux joueurs en fonction de leur présence sur les réseaux sociaux en faveur du développement du golf.

Publicité