Mise à jour du 24/09/2022

Le mauvais timing de Ben Hogan.

Pour la quatrième fois en quelques années, la marque de clubs Ben Hogan a déposé son bilan et il semble bien que, cette fois, la disparition de la compagnie du joueur emblématique des années 1950 soit définitive. Pour mémoire, Ben Hogan est devenue, au fil des décennies, une marque experte en matière de faillites. Durant les années 60 elle y a goûté pour ne pas avoir cru dans la technologie des cavity backs – alors que PING surfait la vague avec son modèle Eye2 -, puis, dernièrement, pour avoir tenté la vente en « tout numérique”, sans aucun centre d’essai ni point de vente physique. 

 » Alors, qu’est-ce qui aurait raté, cette fois ? » se demande-t-on ? Le « tout numérique » serait-il une impasse ?

Pas du tout. Et rien n’a vraiment raté, finalement. Si ce n’est le fait d’appartenir à un groupe spécialisé dans le capital risque – ExWorks – qui aura pompé sa trésorerie pour finalement mourir sous les coups répétés du COVID 19, entraînant Ben Hogan dans la tombe.

Dommage. Car finalement, pour qui a une vision large du marché du club, la marque du champion au béret avait tout fait « by the Book ».

Tout bien et pour tout dire, tout comme tous ses concurrents rêvent de le faire.

Car , concernant cette évolution du marché que nous évoquions dans l’un de nos éditos il y a deux ans, les langues se délient et les fabricants crachent enfin le morceau : la vente de clubs sera retirée, dans le futur, des magasins au bénéfice d’Internet et des centres de fitting des marques.

Le but: récupérer la marge des distributeurs finaux et laisser la vente des consommables et du textile aux pro-shops.

Il ne fallait pas être un grand marabout pour voir le coup venir. L’appât du gain guide le monde et les grandes marques ne sont jamais les dernières à réclamer leur part.

Ben Hogan avait un coup d’avance…

Mais ce que ces compagnies ont négligé – et que le cas de Ben Hogan n’aura pas eu la chance d’illustrer – c’est le délai de mise en place de ce business model qui traîne dans les cartons depuis des années déjà et qui hésite à exister dans les faits. Tout du moins en Europe.

Car le temps passe et notre société évolue. Aujourd’hui, le Graal du business model tient compte de nos préoccupations consuméristes et tourne autour de l’économie circulaire par souci d’économie des ressources de la planète et par souci de respect de l’environnement. Decathlon vient d’ouvrir une voie dans ce sens en proposant des abonnements mensuels donnant un droit d’usage sur l’ensemble des produits de ses magasins. Ceux-ci feront l’objet d’un recyclage permanent et échapperont à l’obsolescence programmée. 

L’idée est séduisante à plus d’un titre et elle envoie à des années-lumière le concept phare actuel. L’avenir nous dira si cette idée en fait germer d’autres dans les départements Marketing des grandes marques qui doivent sérieusement se ronger les ongles…

Toujours est-il que si nous oublions les raisons peu flatteuses de la dernière faillite de Ben Hogan, nous pouvons dire que la marque du champion aura été initialement trop en avance en misant sur le tout numérique puis finalement trop en retard en courant derrière un business model dépassé avant même d’avoir existé.

Au golf, c’est ce qu’on appelle avoir un problème de timing…

FdeC.

A la Une

24 septembre 2022, rubrique "Tests Vidéos"
Fers Benross Delta X : le joker des Challengers.

Lorsqu’une nouvelle marque de clubs pénètre le marché français, AVISGOLF dresse l’oreille. Ce qui nous vaut, parfois, d’incroyables surprises. C’est le cas concernant les fers Delta X de Benross qui… Lire la suite

14 septembre 2022, rubrique "IN SITU"
IN SITU : ON NE JOUE PAS… (2)

La sortie du premier opus de la série “on ne joue pas…” a suscité un grand nombre de vues et de commentaires quant à ces situations, ou attitudes, qui nous coûtent tant de points sur le parcours sans que nous en ayons conscience, qu’il nous est… Lire la suite

IN SITU : Des solutions pour les situations délicates sur le parcours.

Abonnez-vous à la newsletter

ACTUALITES

Nouveaux Drivers Titleist TSR : pas que pour M.O.I. !

Titleist, fleuron d’Acushnet, est une marque qui plaisante très peu avec le matériel de jeu. Le sérieux fait partie de l’ADN maison. Ainsi, lorsque le fabricant promet une avancée à la sortie d’un nouveau modèle, il est rare qu’il s’agisse d’une simple pirouette commerciale. Alors que peut-on attendre de mieux que les drivers TSi qui ont convaincu nombre de joueurs du PGA Tour au fil des deux dernières années ? Eh bien les TSR, évidemment ! S’ils n’annoncent pas une véritable révolution, les nouveaux drivers de la marque (TSR 2, 3 et 4) profitent d’une esthétique encore plus pure et conservent fort heureusement le fantastique insert en titane qui a rendu la gamme TSi particulièrement performante, tant en distance qu’en sensations.
Si des informations plus précises n’ont pas encore été données par la marque, les joueurs les ayant testés (des pros du Tour Staff Titleist) font part d’un gain de 2 mph en moyenne, ainsi qu’un gain de distance principalement lié à l’aérodynamisme de la canne ainsi qu’à l’avancée de son centre de gravité, plus proche de la face. Ceci nous laisse à penser que la nouvelle gamme TSR offre un moment d’inertie inférieure à la version précédente mais le compense notamment par la suppression de lignes inutiles.

PING ChipR : le passé revisité.

Le concept est vieux comme le golf et se marie mal avec la règle des 14 clubs -maximum- que tout golfeur a le droit de transporter dans son sac.
Redoutable autour des greens, pour ce qui est de la réalisation des coups roulés, le chipper est un fer 8 ou 9 fabriqué spécifiquement pour limiter les grattes et les tops. Le problème étant que cela revient à avoir deux fers 8 ou fers 9 dans son sac, ce qui prend la place d’une autre canne.
Dans sa version revisitée, PING ne plaisante pas avec la technologie puisque nous retrouvons dans ce club lofté à 38.5°, la technologie Hydro-Pearl, une répartition de masse de type cavity-back, une semelle bombée, des stries MicroMax, un shaft spécifique avec un point de flexion bas (?!), et un Dyla-Wedge grip, plus long de 0.75 inch. A noter que la tête de club est réalisée en acier inox 431.
Un club probablement amusant et efficace, que nous avons hâte de tester, même si la cible des joueurs qu’il concerne se résume essentiellement aux débutants et aux joueurs novices.

PUTTING : le tableau de référence.

Si vous pensez que prendre deux putts par green, c’est bien (c’est-à-dire 36 putts pour boucler un tour conventionnel), jetez un œil au tableau qu’AVISGOLF a traduit sur la base de données fournies par l’un de nos confrères américains : ce dernier risque de vous faire changer de point de vue.

Si vous ne vous reconnaissez pas, pas de problème sachez simplement que dorénavant vous avez un objectif chiffré à atteindre !

Une façon simple et efficace de définir les secteurs de jeu dans lesquels vous pouvez économiser des points…

Tests vidéos récents

18 septembre 2022, rubrique "Tests Vidéos"
Driver BENROSS DELTA X : le pilote multi-cartes.

Depuis que la marque américaine BENROSS a touché le sol français, ses produits nous étonnent autant qu’ils nous ravissent. C’est le cas du driver Delta X qui propose pour un tarif très contenu uneLire la suite

09 septembre 2022, rubrique "Tests Vidéos"
Bois de parcours CALLAWAY ROGUE ST MAX : le tueur de dragons.

Chez AVISGOLF, nous n’aimons pas trop les bois de parcours aux lofts fermés, car nous estimons que les conditions de lies nécessaires à leur frappe par les joueurs amateurs sont rarement réunies. Pourtant, avecLire la suite

09 septembre 2022, rubrique "Tests Accessoires"
LA SERVIETTE PÉDAGOGIQUE AVISGOLF.

Si la serviette qui vous sert à nettoyer vos clubs et vos balles pouvait vous aider à mieux prendre la balle, ne serait-ce pas une bonne chose ? C’est en se posant cette question qu’AVISGOLF a dessiné… Lire la suite

02 septembre 2022, rubrique "Tests Vidéos"
Bois de parcours CALLAWAY ROGUE ST MAX D : “crochet basque” de série.

Prenez l’excellent bois de parcours ROGUE ST MAX et dotez le d’une face de club orientée à gauche : vous aurez, à l’arrivée, un aperçu de ce que peut vous offrir le modèle MAX D, à savoir une… Lire la suite

31 août 2022, rubrique "IN SITU"
IN SITU : Forcer un bunker en approche.

Il y a des situations d’approches dans lesquelles faire passer sa balle au-dessus d’un bunker est une mission impossible. Dans ces cas – pas si exceptionnels – l’option de jeu évidente se résumeLire la suite

27 août 2022, rubrique "Tests Vidéos"
Putter ARGolf MORGANE 2.0 : la visée en « Guest star ».

Inutile de gaspiller des pixels : les putters ARgolf proposent une qualité de matériaux et de mise en œuvre rarement égalée. Le dernier des évadés de la forêt de Brocéliande, le MORGANNE 2.0, ne fait pasLire la suite

GOLF & SANTÉ : un grignotage d’Éternité.

Le golf est-il bénéfique pour la santé ? A cette question simple, certains crient à l’évidence tandis que d’autres se lancent dans la description de leur dernière lombalgie. Pour en savoir plus, Avisgolf a fait appel à un docteur – non golfeur – pour lui demander d’analyser les études existantes sur le sujet et nous donner un point de vue neutre, sans implication affective. Le résultat est surprenant, et pourrait bien constituer une base de réflexion exhaustive sur l’avenir d’un sport voué au succès.